DOUBLE - 2 pianos et électroacoustique - en Provence

MUSIQUE

DOUBLE

Version instrumentale pour 2 pianos (numériques/acoustiques) et extensions électroacoustiques

1h15′

Patrick DEFOSSEZ et Anne-Gabriel DEBAECKER - compositeurs/pianistes improvisateurs

“… un superbe concert à recommander de toute urgence !“ La Provence - Juillet 2008

Imprimez le PDF : http://www.2dlyres.net/wp_carnet/media/pdf

Voir l’article de Presse : http://www.2dlyres.net/presse.php5

Pour nous réserver un concert dans votre programmation : http://www.2dlyres.net/contact.ph

P.Defossez-set-instrumental

A-G.Debaecker-Set-instrumental

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

CONTEXTE

A l’occasion des concerts promotionnels que nous avons réalisés au cours de l’été 2008 en Provence et plus précisément autour du Mont Ventoux, nous avons découvert, visité, investit et habité musicalement d’exceptionnels écrins patrimoniaux. Peut-être y étiez-vous ? Non ? Qu’importe les nombreuses fragrances provençales qui vous attirèrent alors et vous transportèrent ailleurs, permettez-nous de vous conter ce voyage patrimonial et sonore en différé.

Mont-Ventoux-P.Defossez

Sans doute avions-nous organisé notre itinéraire concertant sur les pas de Pétrarque et de son Ascension du Mont Ventoux (traduction du texte), commençant par les Eglises de plaine (Bédoin, …), poursuivant par les Eglises de plateau (Sault-en-Provence, Château de Simiane-la-Rotonde, …) et terminant par celles de montagne (Lagarde d’Apt, Reilhanette, …). Une altitude progressive qui nous a conduit à Lagarde d’Apt, la plus petite commune et la plus élevée du Vaucluse. Une élévation effective à laquelle nous ne fûmes pas insensibles tant les nombreuses sonorités extérieures nimbant ces lieux influencèrent nos interprétations et marquèrent notre jeu instrumental : augmentation du vent, des vents, des souffles, de la respiration sonore endémique, … .

Set-Instrument-Double

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

Pour ma part, j’ajouterai que le “son entomologique” puissamment présent, m’a guidé bien souvent dans mon expression pianistique, sans doute souvenirs inconscients de Jean-Henry Fabre, le célèbre entomologiste provençal. Ci-dessous Le Flambé dans mon jardin :

Papillon - Le Flambé - Mont Ventoux - P.Defossez

INSTRUMENTARIUM

Pour ces concerts, au cours desquels il nous a été donné d’exprimer notre art de la spontanéité et de l’expression du moment (improvisation), nous avons revisité un des formats les plus imaginatifs de l’histoire de la musique : le duo de piano. Mais pas seulement. Nos 2 pianos, claviers, échantillonneur, capteurs, ordinateurs et autres petits instruments acoustiques se sont conviés à se mêler - ensemble - sur scène. Un “petit instrumentarium” capable de donner à notre musique une dimension quasi orchestrale grâce à la diffusion multipoints qui spatialise nos événements sonores.
Notre duo, nourri d’influences croisées, développe un style personnel dans l’improvisation pianistique et assemble les “fragrances” des sons électroacoustiques selon des recettes bien à lui, le tout organisé dans une architecture qui repose aussi bien sur la rigueur de partitions écrites - composition au préalable -, que sur l’exubérance de l’improvisation - geste inventif sur l’instant -.

Set-Instrumental-Sault

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

ECRINS PATRIMONIAUX, MUSIQUE et PUBLIC

Pour ce projet concertant en duo, nous avons souhaité comprendre et apprécier les relations que tissent les hommes avec leurs patrimoines architecturaux. Nous nous devions donc d’établir une relation d’art sonore intime et personnalisée avec chacun de ces lieux chargés d’Histoire et nouvellement con-sacrés à l’expression pluri-artistique. “Composer avec et pour” et les “sortir” de leur silence muséal ou cultual habituel. Proposer un art de textures qui résonne et arraisonne les esprits et propose un temps de concert à v-ivre différemment. Concerts attendus avant d’être entendus en somme et ne dit-on pas “un auditeur qui veut réfléchir commence par s’asseoir !” (philosophe belge anonyme).

Bancs-Reilhanette

L’écrin patrimonial - lieu d’expression artistique - est très différemment d’une salle de spectacle dédiée qui conjugue paradoxalement facilités concertantes (scène, équipe technique, …) et contraintes déconcertantes (nous ne sommes qu’un produit de passage, …).

Ainsi nos concerts ambitionnent d’une part, de laisser traces et empreintes afin que tout auditeur puisse s’approprier et “s’essayer” intimement à ces poésies musicales et autres possibilités d’écoute et ambitionnent d’autre part, de donner de la valeur aux questionnements afin que chacun prolonge son geste auditif en apprivoisant la distance qui existe entre l’indispensable apprentissage culturel et “l’inévitable” bain sonore du quotidien.

LES LIEUX

Quels impacts eurent ces lieux sur le moteur global de notre oeuvre ? Ceux-ci nous intimaient d’apprécier leurs singularités : le revêtement mural, le mobilier, les reliefs tantôt pierres apparentes, saillantes, brutes, tantôt par trop lissé, les espaces ouverts dans lesquels toute phrase véloce s’évanescait au loin dans un fracas et brouillard inintelligibles, le plein et le vide confondus.

Une adaptation constante. Il nous fallu écrire un langage (musical) sur un langage (architectural) et aiguiser notre écoute afin d’équilibrer la connivence que nous souhaitions instiller entre textures électroacoustiques et jeux pianistiques écrits et/ou improvisés. S’adapter aux lieux afin de les transformer grâce à nos présences et absences sonores, nos arcis et thésis. Comment l’électroacoustique épouse-t-elle, enveloppe-t-elle l’architecture ? Comment le piano, ponctue-t-il, sculpte-t-il l’espace ? Les résultats furent étonnants. En certains lieux, juste quelques accords suffirent, en d’autre, un jeu plus aventurier de la vitesse s’imposât. En d’autres termes, il nous fallu adapter les tempi de nos thèmatiques et les contenus de nos improvisations, se calibrer aux singularités patrimoniales tout en estimant l’espace contenu entre réverbération et temps de réponse.

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

Ces lieux nous obligèrent à estimer un autre rapport à l’espace et au temps, une autre organisation du discours musical, une adaptation acoustique individualisée, un développement des langages pianistiques en relation aux volumes, à l’espace, au degré de dispersion du son, … adaptations et interprétations au plus au niveau de notre technique, improvisations au plus haut niveau créatif, choix entre un maximum de liberté (improvisation) et de responsabilité (écriture stricte).
Au cours d’un de ces concerts, la lumière, les lumières vives du jour s’invitèrent aussi et dessinèrent autour de nous, un étrange balai chromatique.

P.Defossez

LA DIFFUSION

La jauge-public souvent limitée dans ces lieux, invite à rencontrer plus intimement l’oeuvre, ses compositeurs et interprètes. L’oeuvre, le lieu, les instruments, les interprètes comme facteurs de communication, d’écoute et de perception permettant le développement d’un intérêt émotionnel différent, une inscription différente. L’auditeur accueille en condition sensible et de recueillement, l’oeuvre contemporaine nouvelle. Il se concentre, est à la recherche d’un soupir, vole au secours d’un souffle sonore et s’immerge au coeur du son et de la vibration.

L’amplification des micros-détails propose un contexte auditif différent. L’amplification légère que nous utilisons n’est pas une amplification au sens stricte du terme mais un prolongement sonore subtile de nos gestes instrumentaux, un prolongement virtuel de nos cordes et accordages (scodatura).

Pour nos concerts, nous nous attachons à positionner nos multiples points de diffusion (d’écoute pour vous) autour du public afin que celui-ci puisse se trouver dans un “bain sonore” équilibré, sans agressivité, un espace auditif plein et constant qui rend notre musique close-up music. Face à ce microscope sonique, il convient de vivre autrement ces vibrations et circulations des textes et textures musicaux.

L’OEUVRE “DOUBLE”

La création nous renvoie sans cesse au même objet : quelle(s) intentionnalité(s) pour quel programme de concert ?

DOUBLE, oeuvre dans laquelle se mêle une diversité d’allers-retours entre la musique classique d’aujourd’hui, le jazz actuel, les musiques improvisées électroacoustiques et électrojazz, met en scène des “improvisateurs du concret” (Luc Ferrari).

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

P.Defossez-set-instrumental

DOUBLE, musique de chambre de notre temps, met en évidence les subtilités et forces expressives d’un monde sonore singulier.

DOUBLE dévoile de nombreux paysages sonores éclairés de timbres d’ombres, d’amplitudes contrastées, de quasi silences, de spontanéités et subtilités toutes en douceur, d’entrelacs de phrases s’évaporant dans l’espace. Le piano plonge dans les limbes électroacoustiques et remontent en arabesques comme pour reprendre l’air après un apné comme pour tenir encore un peu la note jusqu’à son extinction, révélève un goût heureux pour le vertige des silences poétiques ponctués de textures pianistiques, d’émergences mélodiques, de fragments de mélopées, de rendez-vous harmoniques, de trames rythmiques … .

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

DOUBLE exige une conscience du temps lié à la propagation des textures sonores et imposent à nos improvisations d’autres articulations discursives tantôt véloces tantôt suspendues. Musique d’espaces et non musique de systèmes, musique d’hypothèses et non de synthèses, musique abstraites et non concrètes, musique subjectives et non objectives. Une oeuvre dont la discursivité et les thématiques ont été volontairement simplifiées, minimalisées. Sans doute un momentané détour (vacance), retour (d’une prise de congé), contour (évitements des écueils) de la musique savante-savante (quelques fois homo-sapions-sapions nous sommes). Nous nous sommes employés à interpréter des textures qui embarquent, voyagent et font voyager dans la lumière, les ombres et le(s) silence(s) qu’offrent les lieux qui nous accueillent.

P.Defossez

DOUBLE concourt aussi à la volonté de trouver un sens contrapuntique aux timbres en associant les prolongements de la lutherie acoustique classique avec ceux de la lutherie électronique. Un certain Arts Subtilor appliqué à l’électroacoustique, un temps riche en opportunités nouvelles, prévues et imprévues comme autant d’opportunités perdues (excepté à l’enregistrement).

Quant à l’improvisation, qu’en attendons-nous ?

Traction ou dis-traction entre écriture et improvisation pour la découverte de scénarii d’écriture tirés à posteriori des improvisations afin d’en tirer des germes, des pistes, … réorganisation des espaces sonores ?

INVITES

Quelques invités se sont joints à nous durant ces concerts provençaux : Michel MELIN, poète, à Lagarde d’Apt et Reilhanette, autour de la poésie de Charles BAUDELAIRE et Eric ROHMER, saxophoniste, à Sault-en-Provence.

DOUBLE > extrait de concerts été 2008 registered SACEM France

Michel-Melin

LES ORGANISATEURS ET LE PUBLIC SE SONT EXPRIMES

A propos du concert Double du 10 Août 2008 à Reilhanette

Patrick DEFOSSEZ et Anne-Gabriel DEBAECKER, les deux pianistes de l’Ensemble instrumental 2d’Lyres, proposent une exploration insolite où se répondent rythmes de jazz, mélodies classiques et sonorités nées de l’électroacoustique … Correspondances entre paysages naturels et paysages de l’âme où la beauté et la tendresse du soir font place à la surprise et à la douleur. Evocations poétiques et émotions de voyages de nos vies doublées parfois de vers de Baudelaire dits par Michel MELIN, récitant. Musique de la voix humaine. Double envoûtement de lyres et de délires sous les voûtes antiques de l’église de Reilhanette.

Chantal KONTZLER - Les amis de l’Eglise de Reilhanette

A l’issue des concerts, les auditeurs se sont exprimés dans notre Livre d’Heures

  • … enthousiasmant duo, une connivence, peut-être du quatre mains à deux pianos ? …
  • … un voyage émotionnel, ponctué de changements d’expression aussi rapides qu’assurés …
  • … deux pianistes dans un monde bien à eux … des moments très poétiques …
  • … un concert d’une grande richesse poétique, de styles, d’humeurs (et d’humour) duquel explose myriade de couleurs, de sonorités et de tempi …
  • … cascades et miroitements de lumières, sombres et cristallines …
  • … deux pianistes exigeants …
  • … de subtiles sensations sonores … les phrases respirent, la pédale ponctue …
  • … une oeuvre “aux semelles de vent” … un jeu vigilant, limpide, fluide, économe, précis …
  • … un kaléidoscopique, vif, dense, compact, élaboré par strates …
  • … qualité et précision des couleurs du son … une palette sonore variée aux couleurs orchestrales évoquant les cordes, les vents, les percussions …
  • … un jeu musical, murmurant parfois, aux teintes et climats suspendus, qui nous a révélé de nombreuses nuances et subtilités de touchés …
  • … la sonorité est belle, les timbres transparents, la polyphonie claire …
  • … couleurs chaudes, vibrantes, en totale communion avec le lieu du concert …
  • … une qualité de silence aussi intéressante que celle de la sonorité …
  • … deux pianistes qui m’ont donné l’impression que c’est devant nous, dans la salle, que s’ouvre le processus de création …
  • … une présence, une maturité musicale ..

LES LIEUX VISITES

La Chapelle romane du Monastère Notre-Dame du Moustier à Bedoin, l’Eglise de Sault-en-Provence, l’Eglise de Lagarde d’Apt, l’Eglise de Reilhanette, le Donjon du Château de Simiane-la-Rotonde, … .

La Chapelle romane du Monastère Notre Dame Moustier à Bedoin

Clocher-Chapelle-du-Moustier-Bedoin

Chapelle-du-Moustier-Bedoin

Anne-Gabriel-Debaecker-Bedoin

L’Eglise de Sault-en-Provence (informations Office de Tourisme de la région du Pays de Sault)

Eglise-de-Sault-en-Provence

Son portique est à l’origine du classement Monument Historique depuis 1990. Monument composite d’époque romane, la nef principale est formée de 3 travées, couverte d’une voûte en berceau brisé soutenu par des arcs doubleaux retombant sur de hautes colonnes couronnées de chapiteaux à feuillage, ainsi que par d’amples arcs de décharge qui scandent les parois latérales. la travée de choeur rectangulaire est en partie romane, y figurent quatre culots représentant des têtes humaines. C’est une construction soigneusement appareillée éclairée par un oculus en façade et par deux fenêtre en plein cintre. Elle fut remaniée à partir du XIVème siècle.

L’ancienne Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul de Lagarde d’Apt

Eglise-de-Lagarde-d-Apt

Niche-Eglise-Lagarde-d\'Apt

Set-Double-Lagarde-d-Apt

Eglise saint Michel et saint Hippolyte de Reilhanette

(informations Office de Tourisme de la région du Pays de Sault et sur le site de Montbrun-les-Bains/Reilhanette)

Eglise-de-Reilhanette

Elle date du XIIème siècle, sa structure et construction sont typiquement romane. massive et simple avec des volumes équilibrés et harmonieux, elle dispose d’une nef en berceau brisé. L’intérieur présente un chevet quadrangulaire vouté en berceau brisé. Sa hauteur au dessus du maître autel est étonnante pour un édifice de ce type. Les vestiges d’un portail à 3 voussures au sud et une décoration du XVIIème siècle particulièrement riche. Les autels sont l’oeuvre de l’école de Bernus. Elle a subi bien entendu quelques remaniements mais pas de destructions majeures. On nous la décrit en 1599 « en fort bon état, bien fermée et garnie de tout ce quiest nécessaire »La commune depuis quelques années a fait restaurer le mobilier et les œuvres d’Art religieux qui décorent ses murs. Remaniée à la contre-réforme l’église est dotée de trois autels baroques. Face à l’entrée : l’autel de St Eutrope patron des « Estropiés » présente un reliquaire contenant un fragment de radius du Saint. Il fut -dit on- d’une grande efficacité puisqu’un registre commencé en 1698 relate de très nombreux miracles, les derniers sont signalés en 1856

Le Donjon du Château de Simiane-la-Rotonde

DOUBLE-au-Donjon-Simiane-la-Rotonde

Donjon-Simiane-la-Rotonde

22 novembre 2008 par Patrick Defossez


Pas de commentaires pour ce billet

Vous pouvez commenter ce billet

 Identifiant

 Adresse électronique

 Site web éventuel

La modération peut être activée. Point n'est besoin de poster plusieurs fois votre commentaire

Autres billets de cette catégorie

 

Logo 2d'Lyres

Conception, programmation : Michel Cadennes
Charte graphique : Jean-Paul Joubert
Photographies : X
Son : Anne Gabriel Debaecker — Patrick Defossez

indicateur de chargement